archea2 (archea2) wrote in autour_de_rab,
archea2
archea2
autour_de_rab

Défi Pairings insolites - Chronique d'un sort annoncé

Défi : couple insolite
Pairing : Bellatrix/Regulus
Rating : PG
Note: la pièce radiophonique comique est un genre dont je raffole, surtout en anglais. Petit hommage aux maîtres du genre.
Note 2 : en anglais, Florian Fortarôme est Florean Fortescue.


Crissement audible d’une porte qui se referme.
Silence.
Bruits de petits rouages en argent.
Trille harmonieux.
Petite toux sèche, qui s’avère être du sexe fort comme l’atteste la voix retentissante à laquelle elle prélude.

Voix masculine : Un, deux. Un, deux. Tu me reçois, coco ?

Autre voix masculine : Oh, Merlin. Nous vous recevons depuis bientôt quarante ans, Armando ; mon cadre verse à droite depuis votre tentative de planter un mûrier dans ma corbeille à papier. Pouvons-nous sauter le contrôle du son et en venir au fait ?

Voix féminine : Chut, Dexter. Nous n’avons rien dit la semaine passée, quand vous nous avez gratifié d'une plage publicitaire sur les derniers sorbets de votre Héritier.

Troisième voix masculine, acerbe : Un peu de discipline, de grâce ! C’est à croire que vous tenez à me priver de mon temps de parole, Dilys.

Dilys Derwent, à mi-voix: ... j’ai toujours dit qu’installer la télévision moldue dans ce bureau, dialogue interculturel ou non, était une mauvaise idée.

Trille harmonieux.

Dilys Derwent: Oui, Fumseck, même avec l’Eurovision.

Armando Dippet, s’éclaircit la gorge : HOGWARTS PICTURES PRESENTS... « Potion de Culture », animé ce soir par notre ami et collègue Phinéas Black.

Phinéas Black . Madame, messieurs, bonsoir. Aujourd’hui, devant la demande d’une auditrice de voir figurer un peu plus de noms féminins dans nos chroniques hebdomadaires...

Armando Dippet, indigné : J’ai évoqué Sainte-Mangouste il n’y a pas trois semaines !

Phinéas Black : ... j’ai choisi de puiser dans mes souvenirs de famille...

Dexter Fortescue, lugubre : On est vernis.

Phinéas Black : ... pour mettre à l’honneur une jeune Serpentarde qui, dès le plus jeune âge, n’épargna aucun moyen pour parvenir à ses fins. Il est vrai qu’elle s’était fait remarquer par des dispositions précoces. A cinq ans, elle savait par coeur le répertoire des Chants Traditionnels Sangs Purs...

Voix de Bellatrix, avec le charmant zézaiement de la petite enfance : Elfelette, zentille elfelette... ze t’empaillerai la tête, ze t’empaillerai la tête...

Phinéas Black : ... à dix, elle savait le rituel de ses futures noces...

La même voix : Ego, Bellatrix, filia nobilissimi domi Black, te accipio, Sirius Orion... comment ça, Gryffondor ?!

Phinéas Black : .. et à onze, elle savait ce qu’elle voulait.

Bruits de fourchette et couteaux toquant contre les plats, fond de jeunes voix animées.

Voix féminine : Pauvre soeurette... Tu vas faire quoi, maintenant, prendre le voile ?
Bellatrix, furieuse : Moi ? Pourquoi moi ?
Narcissa : Mais alors, tu vas faire quoi ? Dis, Belle ? Tu vas faire quoi ?

Phinéas Black : Et elle savait tenir sa langue – à l’époque.

Bella, dignement : Je vais aviser.

Musique des Quatre Saisons de Vivaldi.

Phinéas Black : Elle avisa, elle avisa, et quand un an se fut passé...

Bruits de fourchettes et couteaux, etc. etc.

Voix de femme âgée : Black, Regulus... lâchez donc la main de cet elfe, mon garçon, le Choixpeau ne va pas vous manger.

Phinéas : ... elle jura, mais un peu tôt, qu’on ne l’y prendrait plus...

Bella, voix aiguë : Serpentard ! Serpentard !

Narcissa : Belle !

Petite voix pincée : Si la petite dame a l’art et la manière/De prédire Maison mieux que je ne saurais faire ... Serpentard !

Phinéas Black : ... et entreprit d’assurer la succession des fiançailles Black-Black.

Grincement de porte similaire à celui du tout début.

Voix d’homme âgé : Ah, entrez, mon enfant, nous n’attendions plus que vous. Je vous ai convoquée pour que vous éclairiez notre lanterne. Eclairer est le mot qui s’impose... Il n’est pas besoin de vous présenter ce jeune homme, n’est-ce pas ?

Bella : Non, Monsieur le Directeur.

Jeune voix mâle : Je suis Lucius, futur Lord Malfoy. Je suis préfet.

Narcissa : Il est parfait.

Lucius, conciliant : Je suis parfait.

Dumbledore : Monsieur Malfoy, dont la vue participe de sa parfaite quintessence, a remarqué que tous les matins, pendant le petit-déjeuner, les bougies de la Grande Salle situées au-dessus de la Table Serpentard s’assemblent pour former les mots : « Tu es croquant, Petit Lu. Ta BB. ». Mademoiselle Black ici présente...

Narcissa : C’est mon fiancé !

Dumbledore : ... m'assure qu’il ne s’agit pas là d’un hommage subtil aux biscuiteries moldues. Je me dois de vous adresser une remontrance paternelle, ma chère petite, et de vous rappeler que les biens mobiliers de l’Ecole ne doivent pas servir à promouvoir la bigamie. Oh, et cent points en moins pour Serpentard.

Phinéas Black : Regulus, lui, ne s’était aperçu de rien. Mais il en fallait plus pour décourager notre jeune héroïne. Du moins avait-elle compris que rien ne vaut la communication orale, leçon qu’elle mit en application dès sa troisième année...

Sifflement de flammes sourdement sibilantes. Murmures de conversations feutrées.

Bellatrix : Regulus...
Regulus : Oui, Bella ?
Bellatrix : Tu ne veux pas faire le tour du lac avec moi, sous la lune ?
Regulus : Oh non.
Bellatrix : Comment ça, non ?
Regulus : Maman ne veut pas que je sorte le soir, il paraît que l’humidité ne me vaut rien.
Bellatrix : Le tour de la Salle Commune, alors ?

Phinéas : ... avec une patience d’autant plus louable...

Bellatrix : Regulus...
Regulus : Oui, Bella ?
Bellatrix : C’est gentil d’avoir accepté de faire le tour du lac avec moi, sous la lune.
Regulus : Maman m’a envoyé un cache-nez.
Bellatrix : Tu ne trouves pas que le Saule, ce soir, a l'air particulièrement romanti...

Aboiements de chien, glapissements de cervidé, hurlement de fauve ad. lib.

Phinéas : ... que les extérieurs de Poudlard étaient très cotés cette année-là.

Bellatrix : Regulus...
Regulus : Oui, Bella ?
Bella : Chiche qu'on se retrouve dans les serres après le couvre-feu ?
Regulus : Oh non.
Bella, crescendo: Reggie, tu n’as pas besoin d’un cache-nez dans une serre !
Regulus : Oh, non, non. C’est juste que Frank Londubat a réservé la serre numéro 2 pour une petite expérience de bouturage reproductif.
Bella : Demain, alors ?
Regulus : Ah non, pas demain.
Bella, franchissant le mur du son : Et pourquoi pas demain ?
Regulus : Demain, c’est Alice Prewett qui a booké la serre. Une petite expérience de bouturage reproductif, je crois.

Phinéas : La sixième année, Bellatrix décida de se choisir un allié.

Bellatrix : Snape...
Jeune voix mâle légèrement grasseyante : Ouais ?
Bellatrix : Tu es pauvre. Tu es laid. Tu es moitié sang-de-bourbe. Tu me ferais un philtre d’amour ?
Severus Snape : Pardon ?
Bellatrix : Je recommence. Severus Snape, tu es laid, pauvre et embourbé. Je t’offre de te placer sous la protection des Black pour les dix ans à venir contre un philtre d’amour.
Severus Snape, ricanant : Et ça rapporte quoi, la protection des Black ?
Bellatrix : Nous t’introduirons dans les cercles les plus huppés.
Severus Snape : J’ai le Club de Slug.
Bellatrix : Tu parraineras le premier-né de notre génération. Ton nom apparaîtra brodé au fil de cuivre sur la tapisserie familiale.
Severus Snape : Ça me fait une belle jambe.
Bellatrix, ravie : Eh bien voilà, c’est toujours un début !

Phinéas Black : Il est toutefois regrettable pour Bellatrix qu’un allié Serpentard qui se respecte demeure Serpentard avant que d’être à lier.

Grincement de porte ter.

Dumbledore : Mademoiselle Black, j’attends toujours une explication quant à la combustion spontanée de la serre numéro 2 avant le couvre-feu.

Bellatrix : Il a bu mon philtre d’amour!

Severus Snape : Ridicule. Monsieur le Directeur, j’avais réservé la serre numéro 2 pour une petite expérience de b...

Regulus, d’une voix rêveuse : Mon cache-nez lui va bien, vous ne trouvez pas ?

Dumbledore : Ma chère enfant, je crains que ma mise en garde paternelle soit plus que jamais d’actualité. Vous m’en voyez navré. Trois cent points en moins pour Serpentard, et puis-je vous rappeler que les biens mobiliers de l’école...

Phinéas Black : Cette dernière mésaventure eut du moins pour avantage de convaincre notre héroïne qu’en matière de tractations, mieux vaut s’adresser à Salazar qu’à ses saints. Salazar ayant laissé un fondé de pouvoir en la personne de son Héritier, elle se hâta de lui proposer un contrat de confiance à sa sortie de l’école. A dix-huit ans, c’était sa dernière chance avant de coiffer Sainte Catherine.

Voix de baryton, ferme et veloutée : Sssssi belle, ssssi noble, et toujours sssssseule?

Bellatrix : Oui, monseigneur. Mais il ne dépend que de vous qu’il n’en soit plus ainsi.

Lord Voldemort, débit légèrement affolé : C’est à dire, ssssavez-vous, que j’ai opté pour le célibat conssssacré de concert avec l’hégémonie sssssuprême.

Bellatrix : Oh, Milord, ma personne, mes collatéraux et tout mon carnet d’adresse vous sont acquis, si seulement vous consentez à mon humble requête.

Voldemort : Et quelle est-elle, ma précieussssse ?

Bellatrix : Donnez-moi votre plus jeune recrue en mariage !

Voldemort : Ma plus... laisssssssez-moi deviner. Il vous est lié par le ssssang, n’est-ce pas ?

Bellatrix : Oui, Milord !

Voldemort : Un cadet de famille ? Dont le prénom commence par un R et finit en usss ?

Bellatrix, extasiée: OUI MILORD !

Voldemort : Rien de plus facile. Donnez-moi le bras – non, le gauche – et venez avec moi. Ah, Rodolphus, vous tombez à pic. Un petit Ssserpent, pardon, Ssserment Inviolable ne vous fait pas peur, mon garçon ?

Bellatrix : Mais...

Marche Nuptiale de Wagner.

Voldemort : Non, non, ma précieussssse, tout à l’heure les marques de reconnaissssance.

Douze coups d’horloge retentissent lentement, couvrant la marche nuptiale.

Armando Dippet : C’était « Potion de culture », avec Phinéas Black.

Dilys Derwent : Je croyais que nous allions entendre l’histoire d’une Serpentarde parvenue à ses fins !

Phinéas Black, outré : Les Black, des parvenus ? Pour qui nous prenez-vous, femme ?

Armando Dippet : Pardon, ma chère Dilys, notre ami nous a annoncé que la Serpentarde n’avait épargné aucun moyen pour arriver à ses fins. Il n’a rien dit des fins elles-mêmes !

Dexter Fortescue : Je me demande si le philtre était parfumé à la violette...

Trille harmonieux.

Dilys Derwent : Oui, Fumseck. Demain, on demande à Albus de nous mettre l’Eurovision avant d’aller se coucher.

Craquements divers, comme le bois lorsqu’il sèche avec l’âge.
Petits bruits de rouages en argent.
Silence.


Dexter Fortescue, sotto voce : Et avec tout ça, il a encore débordé son temps de parole de trois minutes.

FIN

Tags: bellatrix, défi : couple insolite, ficlet, severus
Subscribe

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

  • 8 comments