felisoph (felisoph) wrote in autour_de_rab,
felisoph
felisoph
autour_de_rab

  • Mood:

Défi moto : No free-rider


Défi : Le jour où Regulus Black décida de voler la moto de son frère
Disclaimer : il parait qu'il est interdit de tatouer la fesse gauche des personnages d'un "à moi" convaincant...
Titre : No free rider
Personnages : Regulus, Sirius
Rating : PG
Nombre de mots : 1314
Note : Merci à ally_ashes  pour son oeil attentif sur ma prose ♥♥♥


______________

Il atteignit enfin le sommet de la butte, son cœur martelant son thorax à grands coups sourds, son souffle rauque, un voile gris d’épuisement troublant son regard. Il se laissa tomber dans l’herbe tendre, les jambes flageolantes.

Les yeux clos, l’esprit vide, il parvenait à ne plus percevoir que ses oreilles bourdonnantes, sa poitrine en feu, ses doigts douloureux de serrer trop fort sa baguette. Mais peu à peu, à mesure que les effets de sa course folle se dissipaient, ces autres sensations revenaient à l’assaut, grignotant ses sens. Ses pensées. Le bourdonnement redevenait celui de la foule vibrante et avide qui assistait à son adoubement. La brûlure glissait inexorablement de son torse à son avant-bras désormais marqué du sceau de son maître, irradiant jusqu’au bout de ses doigts. La veille, il avait tenté de rester stoïque sous cette insoutenable morsure de sa chair mais il avait failli. Ses genoux portaient encore la trace de l’instant où il s’était effondré sur le sol dallé, les lèvres ouvertes sur une plainte plus animale qu’humaine. Alors seulement, Il avait lâché son bras, le dernier éclat vert de sa baguette éclairant d’un horrible sourire ses lèvres fines.

Depuis lors, ses certitudes craquelaient, son monde s’effondrait. Il avait brutalement pris conscience de la portée de son choix. Lors de la réunion qui avait suivi la cérémonie de la marque, il avait plongé corps et âme dans ce qui faisait le quotidien des partisans du Lord : la violence, le sang, la mort. Avec effroi, il a avait découvert que l’on pouvait planifier sans la moindre hésitation une tuerie aveugle dans une boutique du Chemin de Traverse. Au matin, il avait lu l’article de la Gazette relatant les faits : deux de ses camarades de Poudlard figuraient au nombre des victimes. Des sorciers tout ce qu’il y avait de plus respectables. Une brusque nausée l’avait précipité hors de la salle à manger. Il n’y était pas revenu, transplanant jusqu’à ce coin de campagne où il était venu si souvent, enfant, construire des cabanes avec son frère. Et il avait couru, comme en une vaine tentative de laisser derrière lui sa vie qui lui collait aux trousses.

Sans écouter les protestations de ses membres lourds, il se redressa pour s’assoir et laissa son regard courir sur la vallée qui s’offrait à son regard. Des champs de blé balançant doucement leur or au gré des hésitations de la brise estivale, des routes serpentant entre des murets couverts de fuchsias, menant à des maisons sagement groupées autour d’une place et au loin, joignant ciel et terre, la mer… Si même toute cette quiétude ne parvenait pas à le contaminer et le laissait en proie à ses tumultes, comment espérer y voir clair un jour ?

Une ombre passa au-dessus de lui et il leva machinalement la tête vers l’oiseau qui filait en direction de la côte. Aussi longtemps que possible, il le suivit des yeux, ne le perdant que lorsqu’il piqua vers la mer. Il soupira. S’envoler. Partir. Traverser la mer et fuir ces responsabilités trop lourdes qu’il s’était choisies. Il se laissa à nouveau retomber sur le dos, observant les bienheureux nuages de coton blanc qui dérivaient dans le ciel. Rapidement, il renoua avec le jeu de son enfance et se mit à chercher des formes. Il trouva successivement un alambic, un serpent dressé, gueule ouverte, une vieille femme de profil et quelque chose ressemblant étrangement à une moto.

Il n’avait découvert que récemment l’existence de cette folie née de l’esprit malade d’un quelconque moldu, en espionnant son frère. Sirius avait quitté le domicile familial deux ans et demi plus tôt avec pertes et fracas. Depuis lors, Regulus ne pouvait empêcher ses pas de le conduire régulièrement au pied de l’immeuble dans lequel son frère avait trouvé un logement. Un soir d’hiver, quelques mois plus tôt, dissimulé dans l’ombre d’une porte cochère, il l’avait vu arriver juché sur cet engin rugissant. La mine ravie de son frère lui avait brûlé la rétine. Son sourire aurait pu être contagieux s’il n’avait été si douloureux. Son port de tête traduisait une tranquille assurance que son cadet lui avait toujours enviée. Au-delà de tout cela, flottait autour de lui une aura qu’il n’avait pas su définir. Aujourd’hui, il comprenait : Sirius lui avait juste semblé libre. Aujourd’hui, alors que sa vie venait de prendre un tournant qui posait à son cou un collier d’esclave et des fers à ses chevilles, il mesurait le prix de cette liberté. Ce n’était même plus la jalousie qui le poussait, juste un besoin de secouer son joug, de s’envoler.

En une seconde il prit sa décision et sauta sur ses pieds. Il transplana vers Londres et rejoignit le quartier de son frère. Arrivé au pied de l’immeuble, il leva les yeux vers les fenêtres de l’appartement : aucun mouvement. A pas feutrés, il gagna le garage, se jouant des serrures moldues comme des ridicules sortilèges de protection. Il secoua la tête… Stupide Gryffondor trop confiant. Il poussa la porte.

Elle était là. Rutilante et bien plus énorme que dans son souvenir. Insolente, elle était le passeport pour sa fuite, pour reprendre la main et s’offrir une nouvelle vie. Loin. Il s’approcha et posa la main sur les chromes parfaitement astiqués. Penché sur les étranges cadrans, il hésitait sur le sort que son frère avait bien pu trafiquer pour la mettre en marche lorsque un éclair blanc glissa contre son épaule gauche. Il sentit la manche de sa chemise se fendre et le sang chaud affleurer. La brique face à lui s’était fissurée sous l’impact du sort. La voix claqua dans son dos :

- « Avec le prochain, je t’explose la rate, Petit Roi… Ecarte-toi d’elle. »

Jamais il n’avait entendu pareille résolution glacée dans la voix de son frère. Sans réfléchir, il obtempéra et se retourna pour faire face à un Sirius bouillant d’une rage froide.

- « Tu me croyais donc si peu prudent ? Avec toutes les vipères qui rodent ces temps-ci ? Qu’est-ce que tu voulais ? Une petite balade au grand air ? Un objet de valeur à échanger contre un quelconque artefact de magie noire ? Un trophée pour ton maître bien aimé ? Tu n’es qu’un sale petit voleur. »

L’acidité méprisante dans la voix de son frère enterra toute envie de lui avouer ses motivations. Alors en dépit de toute prudence et de la plus élémentaire logique, il tira sa baguette et lança un expiliarmus convaincu. Sirius parvint d’un saut à esquiver. La stupeur marquant ses traits ne l’empêcha pas de revenir à l’offensive mais cette fois, Regulus eut le temps de dresser un bouclier. Durant quelques instants, le garage ne fut qu’une cacophonie sifflante d’éclairs lumineux et de râles. Puis, la lutte cessa. A genoux, le souffle court, Regulus venait d’être désarmé par son ainé. Sirius s’appuyait au mur, son poignet gauche formant un angle fort peu anatomique avec son bras. Dans sa main droite, les deux baguettes vibraient encore, comme furieuses de se trouver en si proche contact.

Une nouvelle fois, Sirius prit la parole, d’un ton haché par la douleur :

- « Fous le camp, Regulus. Tire-toi et débrouille-toi pour que je ne te croise plus. »

Le plus jeune se redressa lentement sur les genoux puis se releva, vaincu, sans chercher à croiser le regard de son frère. Il amorça un pas, puis un autre, s’éloignant de ce qu’il avait un moment pris pour sa planche de salut. Alors qu’il avançait dans le couloir obscur, il entendit un sifflement puis le bruit mat de sa baguette échouant sur le sol. Sirius venait de la lui lancer. Sans un mot, il se baissa et la ramassa. Pourquoi ne l’avait-il pas brisée ?

La mort dans l’âme, il quitta l’immeuble et, à pas lents, retourna vers cette vie qu’il avait cru pouvoir fuir. Il serait un Mangemort.

Tags: auteur : felisoph, défi : moto, ficlet, oneshot, sirius
Subscribe

  • Hors défi

    Titre : Mort et Happy end…. Rating : PG Personnages Neville et Regulus, surtout. Quelques apparitions de Severus, de Théodore…

  • Hors-défi : Regard noir

    Titre : Regard noir Personnages : Sirius, Regulus Disclaimer : Personnages et univers sont né de l'imagination de JK Rowling. Nombre…

  • Défi Pairings insolites - Chronique d'un sort annoncé

    Défi : couple insolite Pairing : Bellatrix/Regulus Rating : PG Note: la pièce radiophonique comique est un genre dont je raffole,…

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

  • 13 comments

  • Hors défi

    Titre : Mort et Happy end…. Rating : PG Personnages Neville et Regulus, surtout. Quelques apparitions de Severus, de Théodore…

  • Hors-défi : Regard noir

    Titre : Regard noir Personnages : Sirius, Regulus Disclaimer : Personnages et univers sont né de l'imagination de JK Rowling. Nombre…

  • Défi Pairings insolites - Chronique d'un sort annoncé

    Défi : couple insolite Pairing : Bellatrix/Regulus Rating : PG Note: la pièce radiophonique comique est un genre dont je raffole,…