ys_melmoth (ys_melmoth) wrote in autour_de_rab,
ys_melmoth
ys_melmoth
autour_de_rab

L'arbre à drabbles : treizième (et dernière) bouture


Afin de faciliter la lecture, vous trouverez ci-dessous la compilation d'une treizième et dernière histoire issue du défi "l'Arbre à drabble dont vous êtes le jardinier".

Cette entrée sera mise à jour à chaque ajout d'un nouveau drabble. Nous vous demandons de continuer à poster vos suites dans le post de départ du défi.

En revanche, vos commentaires, fleurs, bonbons, offrades voire suggestions concernant l'histoire sont plus que bienvenus dans les commentaires de cette entrée.

Si vous avez participé à la rédaction de cette histoire, n'hésitez pas à tracker ce post pour recevoir les commentaires de vos gentils lecteurs !


Défi : L'arbre à drabble dont vous êtes le jardinier
Auteurs (dans l'ordre) : [info]ys_melmoth, [info]taraxacumoff, [info]ys_melmoth, [info]taraxacumoff, [info]arcadiane, taraxacumoff, felisopharchea2ally_ashes, tama_abi
Disclaimer : Les personnages appartiennent à l'heureuse JKR. Les situations et les péripéties appartiennent aux auteurs respectifs
Rating (susceptible d'être modifié selon la tournure des évènements) : G
Personnages : Regulus, un grand chien noir, Severus


Ce couloir est d’une longueur absurde –quasi inhumaine, à l’échelle de cette trop vaste école.
Regulus avance sans un bruit, nimbé d’un silencio qui étouffe le claquement froid des chaussures sur la pierre, le bruissement de sa cape aussi noire que l’ombre dans laquelle il se faufile… jusqu’aux battements de son cœur qui semblent résonner follement à ses propres oreilles malgré tous ses efforts de maîtrise.
Ses doigts le conduisent, frôlant le mur, suivant les aspérités de la pierre, comptant les portes de bois sculpté. Il y est presque…
Puis soudain, un bruit de course, juste derrière lui, l’immobilise.

*

Quelqu’un, à cette heure là, veut dire un Professeur qui n’arrive pas à dormir.
Ou pire : son frère et sa bande de hooligans gryffondors.
Etre pris par un enseignant est une chose, être surpris par son frère dans ce qui doit être sa revanche éclatante est impossible. Regulus saisit la poignée et se glisse rapidement hors du couloir. Il colle l’oreille au bois, satisfait d’entendre les pas le dépasser, décroitre, s’en aller.
Un léger bruit plaintif lui fait cependant tourner la tête, et un hoquet de stupéfaction lui échappe, quand il découvre qu’il n’est pas seul dans la pièce…

*

Quelques mètres plus loin, ses yeux brillant d'un éclat presque inquiétant dans la pénombre, un grand chien noir le regarde.
Immobile, ni amical ni hostile, comme dans l'expectative. Comme conscient de l'incongruité de sa présence, dans cette école, ici et à cette heure.

Regulus hésite un instant... secoue la tête : sa vengeance l'attend, il n'a pas de temps à perdre.
Il s'apprête à repartir lorsque la grosse tête noire s'incline, sur un nouveau gémissement. Clairement douloureux.
A bien y regarder, la position du cabot est bizarre, sa patte avant droite formant un angle improbable avec le reste de son corps...

*


Deux yeux gris se lèvent vers lui et Regulus doit appeler toute son éducation Black à la rescousse.
« Non, non, pas la peine d’essayer, j’ai toujours préféré les chats, de toute façon. »
Existe-t-il en ce monde quelque chose de plus suppliant que les yeux d’un chien, ces grands yeux humides, tristes et nostalgiques qui semblent continuellement dire :Regarde-moi, j’ai froid, j’ai faim, mes maitres ne me nourrissent pas, je dors dehors sous la neige et je suis maltraité, aime-moi, donne moi à manger, protège moi… ?
Regulus grogne.
« Très bien, très bien, mais pas les Professeurs. »

*

Regulus réfléchit rapidement. (Quoi qu’en dise son frère, il en est parfaitement capable.)
Il n’est pas en avance. De plus, les soins magiques ne sont pas son rayon (souvenir trouble d’effusions de sang et de nombreux points retirés à Serpentard). Mais son partenaire de crime devrait s’y connaître davantage…

« Mobilicorpus. »

Lorsque Regulus pousse la porte, le silence de la pièce change de nature : de simple absence de son, il devient consternation muette.

« … Regulus.
– Oui ! Pardon pour mon retard…
– Regulus, il y a un chien avec toi. »

Regulus s’humecte les lèvres.

« Il est blessé » dit-il simplement.

*

« Quoi, et tu as choisi d’abréger ses souffrances pour faire orner ta cape de cérémonie de sa fourrure ?
–Severus, tu ne toucheras pas ce chien ! »
Le plus âgé soupire.
« Parfois, je me demande si tu es tellement fait pour Serpentard. Entre ça et ta manie d’aider Goyle …Très bien, je soigne le cabot galeux, mais je veux ma récompense d’abord…. »
Regulus sourit, et noue sans se faire prier ses bras autour du cou de son ami pour un long baiser gourmand…brutalement interrompu par un cri de douleur.
« Ton bâtard m’a mordu ! »

*

Regulus abaisse un regard éberlué vers l’animal qui s’est redressé malgré sa patte blessée et fixe maintenant Severus les yeux mi-clos, les babines retroussées. Il libère son ami pour s’accroupir à côté du chien dont il flatte l’échine doucement.
« Ne t’impatiente pas, il va s’occuper de toi. »

Il relève la tête. Le petit sourire mi-contrit, mi-obstiné qui flotte sur ses lèvres fait lever les yeux au ciel à l’autre élève qui cède et s’agenouille à ses côtés
« Pousse toi un peu. Tu me gênes » Grommelle-t-il.

Le sourire se teinte de triomphe mais se cache vite contre l’épaule que les lèvres effleurent.
« Merci... »

*

Le spectacle qui s'ensuit n'est pas de ceux qui tireraient des larmes à une demoiselle Poufsoufle première année, ne serait-ce que parce que Severus et le chien rivalisent de grognement.
Regulus, collé contre le dos de son ami, anime de temps à autre le débat d'une parole plus humaine.
- Attention, tu vas lui faire mal!
- Grrrrrr!
- Si cet imbécile acceptait de lever la patte, je ne serais pas obligé de recourir à un sort de combat!
- ...
- (Soupir.) Evanesco. Et bien sûr, il comprend tout de travers.
- C'est un chien, Severus.
- C'est une teigne, oui. Tiens, métamorphose-moi quelque chose en attelle.
- Grrrrrrr.
- Chhhhut, Snuffles. Regarde comme Severus t'a bien soigné.
- Snuffles? Black, il y a vraiment des jours où tu m'inquiètes.
- Il a ce petit grondement adorable... bon, eh bien il n'y a plus qu'à le transporter au dortoir.
- Pardon??
- Gr... ahoua??

*


- Mais bien sûr. Personne ne s’étonnera de nous voir débarquer avec un molosse avec une patte en capilotade. C’est normal. Parfois, Black, tu as la réflexion d’un bubobulb cultivé dans du jus de troll.
- Nous le cacherons.
- Mais oui, où avais-je la tête, mes poches doivent bien contenir une patte ou deux, tu te chargeras de la tête, et on laissera la queue pour un second voyage !

L’animal suit l’échange avec un air inquiet, comme s’il comprenait la conversation, semblant même acquiescer aux propos de Severus à l’exception de la métaphore botanique.

- Que suggères-tu alors, ô divin stratège ?
- On le laisse vivre sa vie de canidé, et nous retournons à notre programme initial.
- Il peut rester avec nous ?
- C’est ça, et bientôt tu vas me promettre que tu le sortiras tous les matins…
- Tu es jaloux ?
- Ne sois pas stupide. Nous gâchons notre temps, qui est déjà bien rare !

Régulus semble sensible à ce dernier argument, et se tourne vers le chien. A sa grande surprise il n'est plus à leurs pieds, mais se dirige à pas feutrés vers la porte.
 
*

- Eh mais... qu'est-ce qu'il fait ?
Severus fait une moue moqueuse avant de retenir son cadet par le bras lorsque celui-ci semble vouloir rattraper l’animal.
- Laisse–le !
- Il est convalescent et seul, on ne peut pas…

Il est coupé par Severus qui marmonne une phrase dans laquelle il croit entendre le mot « Poufsouffle »…
- Pardon ?
- Écoute, soupire son vis-à-vis en le poussant doucement contre une table, il semblerait que cette… bestiole (il l’assied sur le meuble) souhaite autant vivre librement sa vie de canidé (il jette discrètement un sort pour ouvrir la porte) que j’aimerais que nous (il s’approche jusqu’à ce que leurs lèvres se frôlent, voit le chien se précipiter dans le couloir) profitions de notre situation d’adolescents en pleine possession de leurs moyens.

La porte est fermée, verrouillée, et insonorisée, et les protestations de Regulus sont coupées par une bouche exigeante.


A SUIVRE...


Si vous voulez prendre la suite, rendez-vous au dernier drabble de ce fil !
Tags: auteur : ally_ashes, auteur : arcadiane, auteur : archea, auteur : felisoph, auteur : tama_abi, auteur : taraxacumoff, auteur : ys_melmoth, défi : arbre à drabbles suite txt, severus
Subscribe

  • Le vaillant petit parapluie.

    Le vaillant petit parapluie Prompt 12 : Fabian Prewett : Pluie battante et parapluie bleu Disclaimer : Tout à JKR Rating : PG Nombre de…

  • Hors défi

    Titre : Mort et Happy end…. Rating : PG Personnages Neville et Regulus, surtout. Quelques apparitions de Severus, de Théodore…

  • Hors-défi : Regard noir

    Titre : Regard noir Personnages : Sirius, Regulus Disclaimer : Personnages et univers sont né de l'imagination de JK Rowling. Nombre…

  • Post a new comment

    Error

    Anonymous comments are disabled in this journal

    default userpic

    Your IP address will be recorded 

  • 0 comments