September 8th, 2009

HPCover-Snakes

8e défi : L'arbre à drabbles dont vous êtes le jardinier


Pour aider à faire passer la pillule de la Rentrée, pour certains un peu indigeste, autant que pour distraire ceux qui ne Rentrent pas encore ou ne sont pas Sortis - est lancé aujourd'hui le premier défi collectif de la communauté.

Un arbre à drabbles, donc, conçu comme une suite de textes.

Le principe : Un drabble de départ, que vous trouverez à la fin de cette entrée. En commentaire, pourront être postées plusieurs suites alternatives à ce début, auxquelles répondront (en commentaire toujours) d'autres suites alternatives, et ainsi de suite, jusqu'à créer tout un ensemble d'histoires diversement ramifiées.

Collapse )


Tous les participants ne sont pas obligés de faire un grand nombre de drabbles : si une idée vous vient à la lecture du schmilblick, allez-y, quitte à ne participer qu'une fois, et même si vous êtes loin de maîtriser toutes les subtilités de l'univers potterien.
La participation d'un maximum d'auteurs rendra la chose d'autant plus variée et intéressante. Dans le même ordre, tous les genres sont acceptés, sans limite de rating. Ne soyez pas timides, jetez-vous à l'eau, et surtout, amusez vous !

Collapse )


EDIT du 22 septembre :
Première étape terminée : les suites alternatives ne sont plus acceptées, seules doivent être continuées les histoires déjà en cours.
Détail des NOUVELLES REGLES dans ce post

Le drabble de départ :

"Ce couloir est d'une longueur absurde - quasi inhumaine, à l'échelle de cette trop vaste école.
Regulus avance sans un bruit, nimbé d'un silencio qui étouffe le claquement froid des chaussures sur la pierre, le bruissement de sa cape aussi noire que l'ombre dans laquelle il se faufile... jusqu'aux battements de son coeur qui semblent résonner follement à ses propres oreilles malgré tous ses efforts de maîtrise.
 
Ses doigts le conduisent, frôlant le mur, suivant les aspérités de la pierre, comptant les portes de bois sculpté.. Il y est presque...
Puis soudain, un bruit de course, juste derrière lui, l'immobilise."


A vous la suite !